Le respect des Principes Directeurs OCDE
Les Principes directeurs de l’OCDE ont été adoptés...

Syndicats des travailleurs de la Socapalm
Pour lutter contre les inégalités au travail...

Les petits producteurs d’huile de palme
Les petits producteurs sont des paysans qui possèdent et exploitent des plantations de palmier à hui...
Assister les victimes des exactions
Avec la privatisation se sont ajoutés, en plus de...

La SYNAPARCAM
Créée le 27 mai 2014, la SYNAPARCAM...

Historique du palmier à huile au Cameroun
Au Cameroun, l’exploitation du palmier par les communautés locales constitue un héritage social et c...
Dame DIMO EKONDE : Le cri de détresse d'une employée abusivement licenciée
Madame EKONDE Jeanne Florence épouse DIMO s’est engagée le 25 juin 2009 avec la Société PRO-SERVICE ...
L'association "LES BONS VOISINS" de Kribi (LBV)
Se regrouper pour participer au bien-être des populations...
Terminologies à décrypter
Cette section a pour objet de donner des définitions utiles  des expressions usuelles que vous renco...
Doléances
Doléances des populations riveraines et des travailleurs de la Socapalm depuis sa création jusqu’à s...
Le respect des Principes Directeurs OCDE
Création d'un espace de dialogue entre Riverains, Socapalm...
Syndicats des travailleurs de la Socapalm
Les petits producteurs d’huile de palme
Conflit foncier à Kienké : l'expropriation illégale au...
Assister les victimes des exactions
La SYNAPARCAM
Historique du palmier à huile au Cameroun
Dame DIMO EKONDE : Le cri de détresse...
L'association "LES BONS VOISINS" de Kribi (LBV)
Terminologies à décrypter
Doléances

Halte à l’extorsion des terres des Pygmées à Kribi

La communauté Pygmée du village Bikondo à Kribi est victime de spoliation de ses terres alors que le processus d'immatriculation qu'elle a initié depuis sept ans piétine...

 

Consciente du boom foncier dans la ville de Kribi et ses environs, la communauté pygmée du village Bikondo à Kribi (au point de passage de l’autoroute en construction) avait entrepris le bornage et l’immatriculation de ses terres d’une superficie de plus de 60 hectares. Pour cela elle avait donné mandat le 16 juin 2010 à un représentant, le sieur MALOUAR Fidèle pour conduire le dossier y relatif. Environs 07 ans plus tard, la procédure n’a pas encore abouti malgré tous les obstacles et les compromissions auxquels il a fallu faire face.
Pour mener à bien sa mission, le sieur MALOUAR avait sollicité l’appui d’un partenaire financier pour soutenir toutes les étapes de la procédure. Une fois le dossier introduit et après versement d’une forte somme de 4.500.000f, la commission consultative est descendue sur le terrain pour procéder aux levées topographiques en fin 2010. Par la suite des complications sont intervenues dans le déroulement de la procédure. Les responsables des services du cadastre de cette époque les ont tournés en bourrique pendant plusieurs mois sans jamais leur fournis les cartes cadastrale. Il a même fallu effectuer un déplacement dans les confins de la région de l’Est où l’un des responsables des services du cadastre qui gérait leur dossier avait entre temps été affecté, pour pouvoir relancer la procédure.
Finalement en juin 2013 et après plusieurs efforts les cartes sont tirées mais les superficies ont été réduites de 60 à 40 Hectares répartis sur 5 lots. Chose curieuse seul 4 lots ont un fond de dossier, le dossier du 5ème lot a disparu. Désemparés, le sieur MALOUAR consent à poursuivre les démarches pour les lots dont il possède les cartes. Il va très vite faire face aux appétits des autorités administratives qui refusent de signer quoi que ce soit sans contrepartie foncière. N’ayant pas d’autre choix que de céder à cette exigence, ils vont accepter à contre cœur.
Une fois le dossier signé, ils vont retourner en début de cette année au cadastre pour la suite de la procédure. Là ils seront désagréablement surpris d’apprendre que leurs dossiers ont un problème, car leurs lots empiètent les concessions de la Socapalm et la propriété d’une certaine Dame MAKAM. Et en plus de cette dame, plusieurs autres particuliers prétendent avoir des lots sur ces espaces. Décontenancé, ils vont mener leurs investigations auprès des habitants du village pour savoir qui aurait cédé des terres à ces particuliers. Il en ressortira que cette Dame MAKAM n’est connue par personne au village.
Le constat alarmant qui s’impose est que depuis l’introduction de leur dossier en 2010 et pendant tout ce temps pendant lequel on les tournait en bourrique, des particuliers véreux en complicité avec certains responsables des services du cadastre et de la sous-préfecture de Kribi 1er ont frauduleusement obtenu des titres de propriété sur des terres qui normalement auraient déjà dû être immatriculées au profit de la communauté pygmée si la procédure avait été respectée. C’est à croire que les arrestations en cascade des personnalités impliquées dans les litiges fonciers à Kribi en avril 2015 n’ont pas suffit à dissuader ces autorités administratives corrompues.
Comment comprendre cette violation des textes encadrant le processus d’obtention d’un titre foncier ? Comment admettre que nos administrateurs bafouent aussi impunément les droits les plus inaliénables d’une minorité vulnérable en cédant leurs terres sur lesquelles se trouvent par ailleurs les tombes de leurs ancêtres ? Pourtant, la constitution camerounaise ainsi que les textes internationaux ratifiés par le Cameroun protègent les populations autochtones et les minorités. Au Cameroun, l’un des rares peuples à être classé dans ces deux catégories juridiques ce sont les Pygmées, peuple des forêts et fondamentalement attachés à leur valeurs ancestrales. Leur mode de vie dépend essentiellement de la chasse, de la cueillette et de médecine traditionnelle. Sans terres et sans forêts, ces pygmées sont déboussolés et ce sont ainsi des siècles de patrimoine culturel et de tradition qui seront anéantis. C’est d’ailleurs cette inquiétude qui habite le sieur MILI Jean, Chef de la communauté Pygmée du village Bikondo qui s’insurge en ces termes : « Nous ne pouvons pas vivre sans chasser ; dans quelle forêt irons-nous chasser ? C’est grâce aux arbres que nous soignons les gens et ces arbres nous ont été laissés par nos ancêtres. Qu’on laisse nos terres tranquilles »,
Face à cette situation douloureuse, les victimes lancent un cri de détresse aux autorités compétentes pour que cette injustice soit réparée. Elles comptent en premier lieu sur madame le Ministre des domaines, du cadastre et des affaires foncières qui est leur dernier espoir pour la restitution et l’immatriculation de leurs terres.

Sur ces photos, les Pygmées se trouvent sur les tombes de leurs ancêtres, matérialisées par ce baobab dont on peut voir les débris, abattu et scié de force par des individus sans vergogne

 

Monsieur MILI Jean Chef de la Communauté Pygmée du village Bikondo

 

Laisser un commentaire

Top Articles

Espace Dénonciations

  • Un riverain de Kienké

    Je viens dénoncer les actes que Bolloré a accomplis dans nos plantations. Il a arraché nos terres, avec la complicité du chef de terre, et veut maintenant nous chasser du village. Aidez nous pardon...
    - Guest
    Wednesday, 23 November 2016 08:34 Votre site web
  • Alain TCHATAT

    Je viens dénoncer les attitudes de l'entreprise TACT Cie SARL, qui ne cesse de nous nuire avec les bruits de ses appareils. Nous nous sommes déjà plaints, mais rien n'est fait pour remédier à cela. Nous sommes même allé voir les autorités, mais rien ! Tout le monde semble sourd. Aidez nous SVP.
    - Guest
    Wednesday, 23 November 2016 08:29 Votre site web
  • Le Coordonateur Synaparcam Dizangué

    Je tiens ici à dénoncer les menaces, les persécutions et les intimidations dont je suis victime de la part de la Socapalm en complicité avec les forces de maintien de l'ordre de la localité de Dizangué ; ceci en raison de l'exercice de mes fonctions. Pas plus tard que le 09 novembre 2016, j'ai été convoqué et entendu par le commissariat spécial de la Sanaga Maritime, après une plainte déposée par la Socapalm. En m'y rendant, je m'attendais à tout, sauf à ce que l'initiateur de ma convocation soit cette agro-industrie. En fin de compte, j'ai constaté qu'il s'agissait là une fois de plus d'une tentative d'intimidation et de musèlement de cette société aux grandes tentacules, qui perçoit d'un mauvais œil les actions de revendication de leurs droits par les populations qui n'en peuvent plus de se laisser marcher dessus. Vivement que les autorités étatiques compétentes frappent du point sur la table pour que tout cela cesse.
    - Guest
    Wednesday, 23 November 2016 08:19 Votre site web

Galerie Photos

Productrice
La femme au coeur de la production d'huile de palme
Porteur
Une vue d'une plantation de palmiers à huile
Transport
A la recherche de moyens de transport décents pour les ouvriers
Travailleurs
Produire et améliorer les conditions des travailleurs
Usine
Invitons l'entreprise à une meilleure protection de l'environnement
Production
Production artisanale d'huile de palme
Logement
A la recherche des logements décents pour les ouvriers
Um Nyobé
Expression de liberté des peuples producteurs d'huile de palme
Usine
Une modernisation attendue des usines
Enfants pompant de l'eau
Pour un meilleur approvisionnement en eau potable des camps de la Socapalm
Pépinière Villageoise
Accompagner les petits planteurs dans leurs activités de production et de transformation
Entretien avec les victimes
Plus de proximité et de soutien aux personnes victimes d'exactions
Enfance paisible
Redonner espoir aux générations futures
Logement de fonction abandonné
Pour la restauration et l'amélioration des acquis du passé
Outil de transport des travailleurs
Militer pour un meilleur traitement des ouvriers
Syndicalistes en formation
La formation syndicale au cœur de l'action pour une meilleure maîtrise des droits du travailleur
Les membres de la SYNAPARCAM
Pour un dialogue constructif avec la Socapalm
Stade d'un camp de travailleurs
A la quête de l'épanouissement intégral du travailleur
Ecole de la Socapalm
L'éducation au cœur du plaidoyer
Logement vétuste peint à la chaux
Arrêter la mascarade pour réaliser de vrais changements
"Les Riverains" d'Edéa
Le mouvement de revendication est en marche
Une eau souillée
La pollution des eaux comme atteinte au droit à la vie des populations riveraines

Nombre de visiteurs

823536
Aujourd'hui
Total
350
823536
18-08-2018 17:51:18