Le respect des Principes Directeurs OCDE
Les Principes directeurs de l’OCDE ont été adoptés...

Syndicats des travailleurs de la Socapalm
Pour lutter contre les inégalités au travail...

Les petits producteurs d’huile de palme
Les petits producteurs sont des paysans qui possèdent et exploitent des plantations de palmier à hui...
Assister les victimes des exactions
Avec la privatisation se sont ajoutés, en plus de...

La SYNAPARCAM
Créée le 27 mai 2014, la SYNAPARCAM...

Historique du palmier à huile au Cameroun
Au Cameroun, l’exploitation du palmier par les communautés locales constitue un héritage social et c...
Dame DIMO EKONDE : Le cri de détresse d'une employée abusivement licenciée
Madame EKONDE Jeanne Florence épouse DIMO s’est engagée le 25 juin 2009 avec la Société PRO-SERVICE ...
L'association "LES BONS VOISINS" de Kribi (LBV)
Se regrouper pour participer au bien-être des populations...
Terminologies à décrypter
Cette section a pour objet de donner des définitions utiles  des expressions usuelles que vous renco...
Doléances
Doléances des populations riveraines et des travailleurs de la Socapalm depuis sa création jusqu’à s...
Le respect des Principes Directeurs OCDE
Création d'un espace de dialogue entre Riverains, Socapalm...
Syndicats des travailleurs de la Socapalm
Les petits producteurs d’huile de palme
Conflit foncier à Kienké : l'expropriation illégale au...
Assister les victimes des exactions
La SYNAPARCAM
Historique du palmier à huile au Cameroun
Dame DIMO EKONDE : Le cri de détresse...
L'association "LES BONS VOISINS" de Kribi (LBV)
Terminologies à décrypter
Doléances

Manifestation publique du 14 novembre. Ce qu'il faut retenir...

  21 November 2016

Après un journée de manifestation pour exprimer leur mécontentement, voici ce qu'on peut en tirer... 

Plus de peur que de mal. La vague de manifestation de l'ensemble des communautés riveraines de la Socapalm du 14 novembre a finalement eu lieu. Plusieurs jours après l'épilogue des mouvements de revendication, quel peut en être le bilan et quelles en sont les perspectives?

La manifestation publique du 14 novembre : un mouvement au bilan mitigé

Selon l'avis de certains acteurs proches de la SYNAPARCAM (association initiatrice et porteuse de l'action) et de certains observateurs indépendants, la manifestation du 14 novembre dernier, bien qu'ayant déchainé les passions et suscité l'attention de l'opinion publique nationale et internationale sur le sort des populations riveraines de la Socapalm, n'est pas allé au-delà des espérances.

  • Les objectifs atteints malgré une programmation défavorable à un rassemblement de masse

Il faut dire ici que le fait que la marche pacifique se soit tenue un Lundi, jour ouvrable, n'a pas été un facteur avantageux. Ce premier jour de la semaine, qui plus est en matinée, est un moment où la plupart de la population active est sollicitée. De ce fait, on peut aisément comprendre que la participation des uns et des autres s'en est trouvé limitée. Néanmoins, les populations ont répondu présents ! Jeunes, vieux, femmes, hommes, tous ensemble, ont battu le bitume pour les uns, et la poussière pour les autres pour faire entendre leurs doléances , même si on a pu constater l'insatisfaction des uns et des autres quant à la durée de cette activité sous très haute surveillance des autorités administratives, communales, de police, et même de la Socapalm.

une attente sous haute tension

  • Les autorités administratives entre le marteau et l'enclume 

Chargée d'encadrer la manifestation publique qu'elle a elle-même autorisée, l'administration n'a pas manqué de faire sentir sa présence dès les premiers instants du rassemblement des troupes. A Dibombari, le commissaire, sous hautes instructions du Sous-préfet de Fiko Bonaléa, a interdit aux manifestants de marcher sur la nationale n°5 ( axe Bekoko - Pont du Nkam - Bafang - Bandjoun). Ce dernier recommandant aux populations d'aller manifester directement devant les locaux de la Socapalm/antenne Dibombari. Bien que cette intervention ait créé du remous chez les manifestants, ces derniers, respectueux de la légalité et de l'autorité publique, se sont exécutés. Cette preuve de bonne volonté et de civisme de la part des riverains n'est pas resté sans conséquence puisque quelque temps après, le même commissaire revient auprès des manifestants, porteur de la "bonne" nouvelle selon laquelle le sous-préfet désire rencontrer personnellement les leaders de la marche plus tôt que convenu. Chose promise, chose due. Ladite rencontre a effectivement eu lieu à la fin de la marche, et les leaders ont pu alors remettre aux mains du Sous-préfet une lettre contenant les doléances des populations. Si au départ on a assisté à une attitude intimidante des pouvoirs publics, il faut dire que le climat s'est vite apaisé par la suite et le dialogue (ré)instauré entre l'administrateur et ses administrés.

Les doléances mises en première ligne

  • Le relai médiatique , une source de satisfaction

Si la manifestation publique du 14 novembre n'est pas la première du genre, elle est sans aucun doute la première à avoir fait autant d'émules. Hormis les caractères organisationnel et matériel qui ont été de qualité, l'aspect communicationnel a tenu toutes ses promesses, voire au-delà. Les médias de la presse audiovisuelle et écrite, nationales et internationales, les sites internet ainsi que les réseaux sociaux, ont porté plus haut que jamais, l’étendard du mouvement pour la défense des droits des populations riveraines de la Socapalm. France 2, France 24, Équinoxe TV, etc... sont les quelques vitrines par lesquelles le monde entier a pu admirer l'éveil des riverains face aux malfaçons du géant de agro-industrie camerounaise.

Photo de famille des manifestants

Les perspectives : que peut-on envisager pour la suite?

S'il y a une chose qui est certaine, c'est que la manifestation du 14 novembre dernier n'avait pas pour but d'animer la galerie. Celle-ci était l'occasion pour les populations riveraines de la Socapalm de montrer leur mécontentement vis à vis d'une situation cocasse qui n'a que trop duré. Abusées, ignorées, oppressées et déshumanisées, celles-ci ont décidé de marquer d'une pierre blanche une journée tout à fait ordinaire par un acte de courage extraordinaire : Se lever, non pas seulement pour dire NON, mais également pour dire oui. OUI au respect des obligations contenues dans la Convention de cession, OUI au respect des dispositions du bail emphytéotique et de son Avenant, etc. C'est un OUI à l'espoir que les populations riveraines de la Socapalm ont voulu exprimer, résistant ainsi à la séduction de la violence et de la peur. Si on peut cependant éviter la récupération de ce genre d'action à des fins autres que celui du bien-être de ces braves personnes qui en bavent quotidiennement du fait de leur voisinage avec la Socapalm, il est fort à parier que l'horizon pour ces derniers pourrait s'éclaircir davantage au fur et à mesure de l'insistance, de la persévérance et de la ténacité.

Laisser un commentaire

Top Articles

Espace Dénonciations

  • Un riverain de Kienké

    Je viens dénoncer les actes que Bolloré a accomplis dans nos plantations. Il a arraché nos terres, avec la complicité du chef de terre, et veut maintenant nous chasser du village. Aidez nous pardon...
    - Guest
    Wednesday, 23 November 2016 08:34 Votre site web
  • Alain TCHATAT

    Je viens dénoncer les attitudes de l'entreprise TACT Cie SARL, qui ne cesse de nous nuire avec les bruits de ses appareils. Nous nous sommes déjà plaints, mais rien n'est fait pour remédier à cela. Nous sommes même allé voir les autorités, mais rien ! Tout le monde semble sourd. Aidez nous SVP.
    - Guest
    Wednesday, 23 November 2016 08:29 Votre site web
  • Le Coordonateur Synaparcam Dizangué

    Je tiens ici à dénoncer les menaces, les persécutions et les intimidations dont je suis victime de la part de la Socapalm en complicité avec les forces de maintien de l'ordre de la localité de Dizangué ; ceci en raison de l'exercice de mes fonctions. Pas plus tard que le 09 novembre 2016, j'ai été convoqué et entendu par le commissariat spécial de la Sanaga Maritime, après une plainte déposée par la Socapalm. En m'y rendant, je m'attendais à tout, sauf à ce que l'initiateur de ma convocation soit cette agro-industrie. En fin de compte, j'ai constaté qu'il s'agissait là une fois de plus d'une tentative d'intimidation et de musèlement de cette société aux grandes tentacules, qui perçoit d'un mauvais œil les actions de revendication de leurs droits par les populations qui n'en peuvent plus de se laisser marcher dessus. Vivement que les autorités étatiques compétentes frappent du point sur la table pour que tout cela cesse.
    - Guest
    Wednesday, 23 November 2016 08:19 Votre site web

Galerie Photos

Productrice
La femme au coeur de la production d'huile de palme
Porteur
Une vue d'une plantation de palmiers à huile
Transport
A la recherche de moyens de transport décents pour les ouvriers
Travailleurs
Produire et améliorer les conditions des travailleurs
Usine
Invitons l'entreprise à une meilleure protection de l'environnement
Production
Production artisanale d'huile de palme
Logement
A la recherche des logements décents pour les ouvriers
Um Nyobé
Expression de liberté des peuples producteurs d'huile de palme
Usine
Une modernisation attendue des usines
Enfants pompant de l'eau
Pour un meilleur approvisionnement en eau potable des camps de la Socapalm
Pépinière Villageoise
Accompagner les petits planteurs dans leurs activités de production et de transformation
Entretien avec les victimes
Plus de proximité et de soutien aux personnes victimes d'exactions
Enfance paisible
Redonner espoir aux générations futures
Logement de fonction abandonné
Pour la restauration et l'amélioration des acquis du passé
Outil de transport des travailleurs
Militer pour un meilleur traitement des ouvriers
Syndicalistes en formation
La formation syndicale au cœur de l'action pour une meilleure maîtrise des droits du travailleur
Les membres de la SYNAPARCAM
Pour un dialogue constructif avec la Socapalm
Stade d'un camp de travailleurs
A la quête de l'épanouissement intégral du travailleur
Ecole de la Socapalm
L'éducation au cœur du plaidoyer
Logement vétuste peint à la chaux
Arrêter la mascarade pour réaliser de vrais changements
"Les Riverains" d'Edéa
Le mouvement de revendication est en marche
Une eau souillée
La pollution des eaux comme atteinte au droit à la vie des populations riveraines

Nombre de visiteurs

551433
Aujourd'hui
Total
700
551433
22-11-2017 23:59:53