Sensibilisation : L’entreprise Socfin est-elle de mauvaise foi ?

  05 October 2016

Les blocages liés à la mise en œuvre du plan d’action viendraient de la multinationale Socfin...

Le Groupe Bolloré a la possibilité d’user des moyens et pouvoirs de contrôle, ainsi que d’influence qui sont à sa disposition afin que ces années passées de procédures et de médiations du PCN ne se soldent par un échec.

Il semble que les blocages liés à la mise en œuvre du plan d’action viendraient de la multinationale Socfin, représentée par le Président de son conseil d’administration Monsieur Hubert Fabri.

Rappelons que Bolloré est membre du Conseil d’Administration et actionnaire majoritaire à 38.75% de la multinationale Socfin. Parce que Bolloré est actionnaire majoritaire de l’entreprise Socfin, il se doit logiquement d’exercer la capacité d’influence qui est la sienne sur cette société de sorte que l’obligation de responsabilité solidaire ne soit pas un vain mot.

On peut constater que Bolloré joue un rôle central dans la détermination des orientations stratégiques de l’entreprise Socfin.

Il est inutile de réitérer la démonstration du rôle prépondérant du Groupe Bolloré dans l’ensemble des activités industrielles de Socfin.

Le refus pour Socfin de mettre en œuvre le plan d’action en faveur de l’amélioration des conditions des travailleurs de Socapalm et de la restauration des droits fondamentaux des riverains, ne constitue que du dilatoire.

Le Groupe Bolloré évoque le fait qu’il soit actionnaire minoritaire au sein de la Société Socapalm pour justifier son attitude et Socfin use de toutes sortes de manœuvres dilatoires pour retarder l’exécution du plan d’action.

Retenons que les manquements à cette obligation solidaire engagent la responsabilité de Socfin et celle de Bolloré. L’Etat du Cameroun ne devrait pas se soustraire de son obligation régalienne de protection de sa population. L’avenir des Camerounais de demain se joue sous ses yeux.

Laisser un commentaire

Top Articles